Beauté de la Nature

Beauté de la Nature
On ne voit bien qu'avec le Coeur, l'Essentiel est invisible pour les Yeux ! Le Petit Prince d'Antoine de Saint Exupery

27 mars 2015

25 mars : Journée Shopping - Départ pour Roissy CDG

En dehors de toutes les belles facettes de ce magnifique pays où j'aurais bien aimé passer plus de temps, en dehors des belles personnes que j'ai rencontrées, en dehors de toutes les belles expériences que j'ai vécues ici, il y a certaines facettes qui m'ont vraiment interpelée, intriguée, fascinée...
... l'incroyable méli-mélo des lignes électriques et téléphoniques dans les villes...
video
... la circulation des vélos, scooters, motos, voitures et bus... et je ne parle pas des piétons pour lesquels ça peut tourner au cauchemar... combien de fois avons nous fermé les yeux, serré les fesses et prié tous les dieux du Vietnam et de la terre pour atteindre l'autre trottoir sans dégâts en ayant, c'est vraiment le cas de le dire, une confiance aveugle dans la maîtrise des conducteurs du cru ?
Ceci n'est pas une photo, mais une carte postale car j'avais tellement la crainte de traverser qu'il ne me serait pas venu à l'idée d'utiliser mon appareil photo... et encore... là les scooters et motos sont arrêtés au feu, ce qui est loin d'être toujours le cas !
Mais cela n'empêche pas les conducteurs de 2 roues d'être coquets (ou plutôt coquettes) quand ils utilisent les masques pour contrer la pollution (mais aussi pour éviter le soleil puisque, contrairement à nous, ils ne veulent surtout pas prendre le soleil mais avoir une peau la plus blanche possible...)
Ils (et elles) ne sont pas en reste non plus quand ils choisissent les casques de protection (je ne sais pas s'ils protègent vraiment, mais en tout cas, ils sont bien décorés !) 
Non, non ! ces chapeaux là ne protègent que du soleil !

Je ne voudrais pas clore ce magnifique voyage sans parler de l'agence qui nous a permis de le réaliser. Nous avons fait appel, sur les conseils d'un ami, à une agence vietnamienne située à Hanoi qui nous a établi un devis selon les indications que nous lui avions données. Programme que nous avons ensuite modifié autant que nous le désirions, jusqu'à ce qu'il convienne tout à fait à ce que nous recherchions.
Nous avons vraiment apprécié leur souplesse dans la construction du circuit, leurs conseils et leur réactivité avant et pendant le séjour.
Il s'agit de :
http://www.tonkinvoyage.com/

et je ne peux que vous la recommander !
***
"And last but not least" ou, en bon français "et pour couronner le tout", car comme toujours voyager avec moi ça veut dire prendre des risques : à l'arrivée, nous avons regardé tourner le tapis de distribution des bagages pendant un bon moment avant de nous rendre à l'évidence : nous n'avons que la moitié de nos bagages ! il manque une valise à chacune (ben oui, comme ça au moins pas de jalouse…) nous avons tout fait pareil, jusqu'au bout du bout. Les valises se sont fait la malle (oui, je sais, elle est facile) pendant le transfert à CdG ! Marie Claire a pu récupérer la sienne à l'aéroport de Bordeaux mais la mienne m'a été livrée à Strasbourg le surlendemain.

24 mars 2015

24 mars : Musée des Femmes du Vietnam - Musée des Beaux Arts

Aujourd'hui, sans chauffeur et sans guide mais cramponnées à notre plan de la ville, nous nous sommes lancées à la découverte de deux Musées.

Tout d'abord, le Musée des Femmes du Vietnam :
Il a pour mission : "la recherche, la préservation, et la présentation matérielle et immatérielle de l’Histoire et de l’héritage culturel des femmes vietnamiennes".
L'espace des collections permanentes présente plusieurs thèmes :
- au second niveau : "Les femmes dans la famille" raconte l'histoire des femmes vietnamiennes à travers les rites du mariage, de la naissance ainsi que la vie de famille...


Au second plan, derrière le rideau brodé, on devine les deux nattes et les couvertures de la chambre des mariés...







- au niveau 3 : Les Femmes dans l'Histoire. L'exposition présente des figures historiques et contemporaines et remémore les épisodes des différentes guerres :


- au niveau 4 : les Modes féminines...
 ... autrefois...



 ... et contemporaines !

Le Musée présente également toute une galerie de magnifiques photos de femmes vietnamiennes :



... et ce ne sont que quelques exemplaires !

Puis l'après-midi est réservé pour un petit tour au Musée des Beaux Arts :
Il est situé dans un ancien collège catholique pour jeunes filles construit du temps de l'Indochine française.
Une partie du bâtiment est consacrée à la Préhistoire et aux statues bouddhistes dont la fameuse Déesse de la Pitié aux multiples bras et datant du XIe siècle :





... mais il propose également de la peinture sur soie, de la laque du Vietnam, de la gravure sur laque ainsi que de la peinture du XXe siècle jusqu'aux années 1970 :






Le Musée présentait également une exposition provisoire :


C'est bien beau tout cela mais demain c'est le grand départ : il faut songer à refaire nos valises, cette fois pour la dernière fois (enfin, quand je dis la dernière fois, ça veut dire avant de prendre l'avion...). 
Demain ce sera journée Shopping et vers 19h notre chauffeur viendra nous chercher pour nous amener à l'aéroport ! 






23 mars 2015

23 mars : HANOI - Temple Phu Tay Ho - Mausolée Hô Chi Minh - pagode Tran Quoc - Temple de la Littérature

Le mausolée a été construit en marbre de Da Nang pour accueillir la dépouille mortelle de Hô Chi Minh, fondateur de la République Démocratique du Viet Nam, décédé en 1969. Il s'inspire de celui de Lénine sur le Place Rouge à Moscou.
Le corps de Ho Chi Minh est préservé dans le froid, sous un sarcophage de verre éclairé par les lumières tamisées. Le mausolée est fermé occasionnellement pour un travail de restauration et de préservation de la dépouille présidentielle. Nous n'avons donc pas pu le visiter.

À noter que ce mausolée va à l'encontre des volontés d'Ho Chi Minh. Celui-ci désirait, semble-t-il, être incinéré (il jugeait que "la crémation est bonne pour la terre en plus d'être hygiénique) et que ses cendres soient réparties dans trois urnes placées au sommet de trois collines du pays, une première dans le Nord, une seconde dans le Centre et la dernière au Sud. 
Cette décision s'explique par la volonté des dirigeants du Parti Communiste du Vietnam de permettre aux vietnamiens, surtout à ceux du Sud (la réunification du Nord et du Sud n'ayant eu lieu qu'en 1976) de voir la dépouille du président en chair et en os et de lui rendre hommage. 

Un petit peu d'Histoire (tiré de l'Encyclopédie Larousse en ligne…) pour mieux comprendre le pays, ses habitants et l'influence morale de celui qui était surnommé : l' "Oncle Hô"
Hô Chi Minh (« Celui qui éclaire »), le père de l'indépendance du Viêt Nam, à laquelle il a consacré sa vie.

Symbole de la lutte contre les impérialismes français et américain et figure emblématique d'un tiers-monde en construction, Hô Chi Minh mène l'Indochine à son indépendance, au terme de deux longues guerres.

Nguyên Tat Thanh, le futur Hô Chih Minh, s’expatrie à vingt ans pour échapper à la misère et parcourt le monde avant de faire, en 1920, à Paris, la découverte du communisme, qui le séduit par son discours anticolonial.

En 1930, année où éclate une première insurrection contre le colonisateur français, il fonde le parti communiste indochinois. Ayant échappé aux prisons anglaises, puis aux purges staliniennes, il retourne en Chine, d’où, à la faveur de l’entrée en guerre du Japon, il revient au Viêt Nam en 1941, après trente ans d’absence, et prend le nom sous lequel il entrera dans l’histoire, Hô Chi Minh. Ayant fondé le Viêt-minh, Ligue pour l’indépendance du Viêt Nam, il proclame, après la capitulation japonaise, la République démocratique du Viêt Nam, dont il devient président.

Les négociations avec Paris ayant tourné court, Hô Chi Minh conduit, de 1946 à 1954, la guerre d’indépendance qui aboutit, aux accords de Genève, à la partition du pays le long du 17e parallèle. Resté président du seul Nord-Viêt Nam, il semble s’effacer derrière d’autres personnalités politiques… À partir de 1959, il appuie activement la guérilla du Viêt-cong, qui combat le régime pro-américain du Sud-Viêt Nam, ce qui entraîne finalement l’intervention directe des États-Unis en 1965. Pour lui, la réunification du pays a autant d’importance que la construction du socialisme au Nord. Leader charismatique, symbole de tous les mouvements de libération nationale, il meurt en 1969, trop tôt pour voir la fin de la guerre et l’entrée des Nordistes dans Saigon, rebaptisée Hô Chi Minh-Ville en 1975.
 Deux gardes d'honneur du Mausolée...
Le Palais Présidentiel... dans lequel Ho Chi Minh n'a jamais voulu habiter. Dans le parc à côté du Palais, se trouvent les deux maisons qu'il occupait. Il résida d'abord pendant 4 ans dans une petite maison de pierres peintes en jaune ocre et à la toiture de tuiles.

Dans le garage y attenant, on voit encore les 3 véhicules qui lui ont servi de voitures officielles.
De 1958 jusqu’à sa disparition en 1969, il demeura dans une maison sur pilotis construite en bois exotique et qu'il avait lui-même conçue. De petite taille et sobre, cette maison comprend deux pièces principales.


 Au premier niveau, sous les pilotis...
 
Le magnifique parc composé de palmiers, de lataniers et de frangipaniers mais aussi de cyprès chauves puisque l'on voit des excroissances de racines, les pneumatophores...
Entre le Musée et le Mausolée, se trouve la Pagode au Pilier unique : selon la légende, c’est le roi Ly Thai To qui fit édifier ce petit pagodon en l’honneur de la déesse Quan Am  qui lui aurait permis d’avoir un héritier mâle. Lui apparaissant en rêve assise sur un lotus, elle lui aurait tendu un petit garçon, l’héritier mâle tant souhaité mais jamais né. A la suite de ce rêve, le roi épousa une jeune paysanne rencontrée dans son jardin et obtint d’elle la naissance du fils tant désiré.
Le pilier en bois d'origine fut détruit par les français lors d’un combat livré en 1954 et fut remplacé par un pilier en béton.
Tout à côté, se trouve la Pagode Tran Quoc : c'est la plus ancienne pagode de Hanoi et le lieu sacré des croyants bouddhistes. 






Ici aussi, nous avons retrouvé une statue représentant une grue perchée sur le dos d'une tortue... et si la tête de la tortue est plus brillante que le reste de la statue, c'est tout simplement à force d'avoir été caressée par les fidèles (et les touristes...) en quête de bonheur ou de chance...
Le site comporte un grand stupa haut de 15 mètres, composé de 11 étages. Chaque étage à porte cintrée renferme une statue du Bouddha Amitabha.
Un feu brûle à l'extérieur et les fidèles bouddhistes y jettent des paquets, entre autres également des faux billets, représentant leurs offrandes.
Tout à côté, sous une grande tonnelle blanche, avait lieu une exposition d'arrangements floraux et de divers objets en l'honneur de la Corée.


Avant de continuer notre visite de Hanoi, nous faisons une petite pause et notre guide nous fait goûter des châtaignes d'eau (juteuses et parfumées)

ça, par contre, je n'ai pas goûté bien que cela semble bien appétissant (beignets aux crevettes).
Construit en 1070, à l'initiative de l'empereur Ly Tong, pour vénérer Confucius - philosophe chinois, ayant vécu à l'Antiquité, à l'origine d'une des trois religions principales de Chine et dont la doctrine était fondée sur le perfectionnement moral de l'être humain, le temple connu sous le nom de Van Mieu, le temple servit de centre intellectuel et spirituel.
L'école fut d'abord réservée à la famille royale puis aux fils des grands mandarins choisis par le roi ; elle devint par la suite accessible au peuple tout entier. Mais le droit d'entrée passait nécessairement par la réussite à un examen difficile, fondé sur le talent, les compétences et l'engagement loyal envers le pouvoir impérial.
C'est au XIXe s. quand Hanoi perdit son titre de capitale que le lieu prit le nom de Temple de la Littérature. Malgré tout, on le considère encore aujourd'hui comme la première université nationale.

Comme on peut le constater sur la photo de la maquette, l'entrée se situe vers le sud (en haut à droite). Il faut traverser 5 cours consécutives. Une allée centrale divise l'ensemble en deux parties symétriques ; chaque cour est reliée à la suivante par une triple porte symbolisant une progression sur la voie de la sagesse.


Les 5 cours symbolisent : l'entrée sur la voie, 
Sur cette fresque, les candidats représentés par les carpes qui réussissaient à franchir la porte le l'empereur Vu deviennent dragons.
La deuxième cour est la Grande Cour Centrale : pour franchir cette porte qui ouvre sur le degré supérieur de la connaissance, les étudiants doivent posséder, outre la vertu et le talent, une très bonne expression littéraire.
La troisième est la Cour des Stèles :
    
Chaque stèle repose sur le dos d'une tortue. 
Au centre de cette cour se trouve le Bassin Carré ou "Puit de la Clarté du Ciel".
La quatrième cour est appelée la Cour des Sages : on y accède par la Porte du Succès.
L'autel occupe la place centrale de l'édifice ;  de chaque côté de l'autel, des grues perchées sur des tortues figurent l'union entre le ciel et la terre. 
La cinquième cour : Le collège des enfants de la nation
Lorsque la dynastie Nguyen monta sur le trône en 1802, la capitale et le collège royal furent transférés à Hue. Le collège fut alors transformé en tombeau dédié aux parents de Confucius. Il fut détruit par les bombardements en 1947 et reconstruit récemment.
Nous avons eu la chance d'être présente pour la photo souvenir d'une classe de l'Université !

Dans l'une des cours, nous avons pu voir l'envers du décor d'un théâtre de marionnettes sur l'eau et admirer de très près les détails des poupées en bois...

Avant de refermer cette page, je ne voudrais pas oublier de vous signaler un site que j'ai trouvé en me documentant sur le Temple de la Littérature. Si la théorie du chiffre 5 et celle du Yin et du Yang, une conception particulière aux peuples de l'Orient vous intéresse, vous pouvez y aller :